close

“Restons attentif pour le futur” Mas Cal Demoura



Catégorie La dimension environnementale

Il y a 15 millésimes, Isabelle et Vincent Goumard, sont devenus vignerons. Au Mas Cal Demoura à Jonquières, en AOC Terrasses du Larzac. Leurs vins sont certifiés en agriculture biologique et depuis juillet 2019, biodyvin. De la biodynamie à l’éradication de l’eudémis, voici quelques une des actions menées par ce domaine emblématique du Languedoc. Pour le respect de l’environnement, du terroir, et des hommes.

Du bio à la biodynamie
“Le bio s’est fait progressivement, même si nous avons toujours eu cette sensibilité” pose Vincent Goumard. Être en bio est pour lui, logique à tout point de vu : pour l'environnement en général, mais aussi pour leur santé et celle des personnes qui travaillent sur le domaine, car ce sont les plus exposées, et enfin pour leurs clients. Leurs vins sont certifiés depuis 2010. En 2015, ils sont passés à une autre échelle : la biodynamie. Ces cartésiens ont mis en place leur propre expérimentation à partir de 3 parcelles témoins pour essayer de comprendre et analyser. Les réponses ont été spectaculaires dès la première année. Vincent ne prétend pas détenir la vérité : “c’est un projet personnel, pas scientifique”. Mais son constat est net : “le comportement de la plante n’est pas le même”. Elle a d'avantage de vitalité. Les feuilles se redressent et sont parallèles au sol. Comme une pergola, elles protègent les raisins. La lumière et l’air circulant, les vignes subissent moins de pression à l'oïdium et au mildiou. Les sols sont plus noirs, plus riches avec un supplément de vie. In fine, les vins gagnent en pureté, entre autres. Le vigneron reste lucide : “les raisons sont multifactorielles, mais ce n’est pas qu’un hasard”.

L’agroforesterie
En collaboration avec le conservatoire d'Espaces Naturels Languedoc-Roussillon, ils ont replanté 150 arbres et arbustes de tailles différentes, il y a 4 ans. Pour se protéger de leurs voisins qui ne partagent pas forcément leurs convictions et pour stimuler la biodiversité. Le vigneron prévient : “il faut être clair, c’est un gros boulot”. Notamment manuel pour piocher les mauvaises herbes et ainsi donner un maximum de chances aux 13 espèces sélectionnées, de se développer.

Lutter contre l'eudémis grâce aux chauves-souris et la confusion sexuelle
Lorsqu’ils se sont installés, Isabelle et Vincent Goumard ne pensaient pas que le ver de la grappe serait un problème majeur pendant plusieurs années. Aujourd'hui, ils sont arrivés à presque totalement l’éradiquer grâce à leurs nichoirs à chauve-souris et à la confusion sexuelle (pratiquée à présent sur près de 500 ha avoisinants). Il est persuadé que la conjugaison des deux pratiques a été décisive.

Etre attentif
Vincent est confiant : “à présent, les acteurs font un mouvement dans la bonne direction”. Il croit à la force du collectif, aux petits pas de chacun. Il s’agace aussi. Notamment du greenwashing (en français, l’éco-blanchiment) qui vient perturber la lecture de ce qu’est le bio et va finir par convaincre le grand public que tout cela est la même chose. “Il faut remettre les choses à leur place”. Et surtout, comme il conclut “ restons attentifs pour le futur”.



Coordonnées

Mas Cal Demoura
Route de Saint-André
34725 Jonquières

GPS : 43.675084800000,3.478691000000

Mots clés

biodiversité agriculture-biologique biodynamie


Pour en savoir plus
Site internet www.caldemoura.com
info